bigorne

bigorne [ bigɔrn ] n. f.
bigorgne 1389; provenç. °bigorn; lat. bicornis bicorne
1Petite enclume à deux cornes. Bigorne d'orfèvre.
2Mar. Ciseau de calfat employé pour briser les clous gênant le calfatage.
3Masse en bois pour fouler les peaux.

bigorne nom féminin (latin bicornis, à deux cornes) Petite enclume dont la forme des extrémités varie en fonction des métiers. Enclume à téton. Populaire. Bataille, bagarre. ● bigorne (homonymes) nom féminin (latin bicornis, à deux cornes) bigorne forme conjuguée du verbe bigorner bigornent forme conjuguée du verbe bigorner bigornes forme conjuguée du verbe bigorner

bigorne
n. f. Petite enclume d'orfèvre à deux pointes.

I.
⇒BIGORNE1, subst. fém.
A.— Objet à deux pointes, à deux bouts.
1. TECHNOL. Enclume très allongée à deux cornes ou saillies latérales. L'outil principal en dehors du marteau et de la forge, c'est l'enclume à deux pointes appelée bigorne (F. FILLON, Le Serrurier, 1942, p. 13).
P. méton. Le travail sur la bigorne :
1. Allons, tisonnier, lève la main de derrière, hardi la bigorne, (...) scène de soudage par forgerons.
D. POULOT, Le Sublime ou le Travailleur comme il est en 1870 et ce qu'il peut être, 1872, p. 171.
P. ell., emploi subst. apposé. Poinçon bigorne. Poinçon obtenu par la bigorne :
2. ... l'objet d'orfèvrerie à marquer est placé sur une enclume, ou bigorne, (...) le coup de poinçon, frappé au marteau, fournit ainsi deux empreintes bien différentes, d'une part le poinçon légal, normalement insculpé sur une partie visible dudit objet, et d'autre part le poinçon bigorne, ...
S. GRANDJEAN, L'Orfèvr. du XIXe s. en Europe, 1962, p. 33.
2. MAR. Ciseau utilisé pour couper les clous qui gênent le travail du calfatage. PEAUSS. ,,Masse de bois avec laquelle les corroyeurs foulent les peaux mouillées`` (BOUILLET 1859).
B.— P. méton., arg.
1. [P. réf. à la coiffure à deux cornes (cf. bicorne)] Police, infanterie.
2. [P. allus. aux coups répétés frappés sur l'enclume] Bataille. Aller à la bigorne. Monter en ligne, aller à l'attaque.
P. ext. Bagarre (cf. QUENEAU, Pierrot mon ami, 1942, p. 118). Sauver qqn de la bigorne.
PRONONC. ET ORTH. :[]. Ac. Compl. 1842 et BESCH. 1845 admettent une var. bigorgne.
ÉTYMOL. ET HIST. — I.— 1386 bigorgne « bâton ferré par un bout » (A.N. JJ 129, pièce 186 [DU CANGE, s.v. Biscorna] dans GDF. Compl.); 1389 « sorte d'enclume dont chaque extrémité est en pointe » (Arch. admin. de Reims, III, 742, ibid.); 1808 (BOISTE : Bigorne... banc de corroyeur); 1831 mar. (WILL. : Bigorne. Espèce de coin de fer dont se servent les calfats pour couper les clous qui se trouvent dans les joints). II.— 1. 1901 (BRUANT, p. 363 : Police. Bigorne); 2. 1901 (ID., p. 265 : Infanterie [...] Bigorne [...]). III.— 1917 [1916?] « bataille » (cité par G. Esnault 1936 dans IGLF Techn. : Au 109e Inf. aller à la bigorne se dit dès 1917 [sinon 1916?]; c'est, pour parler d'une attaque, aller se faire amocher, ou bigorner); d'où 1942 « bagarre », supra B 2.
I empr. au lat. bicornis « qui a deux cornes », début Ier s. (OVIDE, Met., 15, 304 dans TLL s.v., 1972, 19) prob. par l'intermédiaire de l'a. prov. bigorna, 1403, au sens d'« enclume » dans PANSIER, p. 24; cf. prov. mod. bigorno (MISTRAL). II dér. régr. de bigorneau étymol. I 1 et 2 ou emploi iron. du dialectal bigorgne « animal à deux cornes ». III emploi méton. de I (au sens d'« enclume ») avec la valeur de « lieu où l'on frappe » ou bien déverbal de bigorner étymol. 2.
STAT. — Fréq. abs. littér. :7.
II.
⇒BIGORNE2, subst. masc.
Langue argotique, jargon. (Attesté dans ROB.).
P. ext. :
Si nous pouvions avoir un compagnon jaspinant le bigorne hollandais, ce serait excellent.
HUGO, Correspondance, 1867, p. 58.
Emploi adj. Argotique. Sonnet bigorne (J. RICHEPIN, La Chanson des gueux, 1876, p. 56, 58).
PRONONC. :[].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1628 « argot » rouscailler bigorne (Le Jargon de l'argot réformé dans SAIN. Sources arg. t. 1, p. 221).
De même orig. que bigorne1 étymol. I; à rapprocher du lyonn. bigornu « contrefait, boiteux, tortu » (DU PUITSP.) et du m. fr. bicornu, biscornu (XVIe s., v. ce mot) « qui a une forme irrégulière », le jargon étant une déformation de la lang. courante; dès le XVIe s., le dér. bigornier « qui appartient au royaume d'argot, qui entend l'argot » (HUG.).
STAT. — Fréq. abs. littér. :1.
BBG. — DARM. Vie 1932, p. 56. — DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 287. — MAT. Louis-Philippe 1951, p. 178. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 33.

1. bigorne [bigɔʀn] n. f.
ÉTYM. 1389; du lat. bicornis, par l'anc. provençal. → Bicorne.
———
I Techn.
1 Petite enclume à deux cornes. || Bigorne carrée, ronde. || Bigorne d'orfèvre reposant sur un billot dit tronchet. || Petite bigorne. Bigorneau. || Forger sur la bigorne. Bigorner.
Chacune des deux extrémités (de l'enclume).
2 (1808). Masse en bois pour fouler les peaux ( Corroi).
3 (1831). Mar. Ciseau de calfat employé pour briser les clous gênant le calfatage.
4 Agric. Pioche à deux fourchons. 2. Bigot.
5 Régional (Bretagne). Bigorneau (I., 2.).
———
II (1628; par l'idée de « parler de travers, de manière biscornue »). Argot anc. Langue argotique. || Jaspiner bigorne. Argot (cit. 3), jargon.
0 Ce mot se trouve en français dès 1389 au sens d'outil à deux pointes (…) l'argot a dû reprendre le mot au Midi avec une valeur métaphorique analogue à celle de biscornu.
A. Dauzat, Études de linguistique franç., p. 287.
DÉR. Bigorneau, bigorner.
HOM. Bighorn, 2. bigorne.
————————
2. bigorne [bigɔʀn] n. f.
ÉTYM. 1916, « bataille »; déverbal de bigorner (II.).
Fam. Bataille (militaire).(1925). Par ext. Rixe, bagarre. Bigornage, II. || Une bigorne au couteau.Aimer la bigorne, la bagarre.
1 Les idées de bigorne l'abandonnèrent brusquement, et son premier projet de s'accrocher aux basques du grand patron lui parut de nouveau excellent.
R. Queneau, Pierrot mon ami, éd. L. de Poche, p. 99.
2 Antoine : — Quand tu en auras marre de la bigorne, tu comprendras comme j'avais raison… La colonie, Bébert, la colonie !… C'est tellement plus large !… Un caïd comme toi ! Tu reviendras bourré !
H.-G. Clouzot, et J. Ferry, Quai des Orfèvres (scénario), 1947, in l'Avant-Scène, no 29, p. 34, 1963.
HOM. Bighorn, 1. bigorne.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bigorne — Saltar a navegación, búsqueda Bigorne Freguesia de Portugal …   Wikipedia Español

  • Bigorne — Nom porté dans la Somme et le Nord Pas de Calais. Surnom probable d un forgeron (voir Bigorgne) …   Noms de famille

  • bigorne — Bigorne, Enclume ayant deux cornes, Incus bicornis …   Thresor de la langue françoyse

  • BIGORNE — n. f. Espèce d’enclume à deux cornes ou saillies latérales, en usage surtout chez les orfèvres, et qui varie de forme suivant sa destination. Bigorne droite, ronde, demi ronde, etc. Il se dit aussi d’un Ciseau qui sert aux calfats à couper les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bigorne — n.f. Bataille, combat : Aller à la bigorne …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • BIGORNE — s. f. Espèce d enclume à deux cornes ou saillies latérales …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • bigorne — (bi gor n ) s. f. Sorte d enclume dont chaque extrémité est en pointe, et qui sert à tourner en rond ou arrondir les grosses pièces.    Terme de marine. Coin de fer pour couper les clous qu on trouve dans les joints quand on calfate.    Terme de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bigorne — Langue de l argot …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • bigorne — nf. => Enclume …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Bigorne et Chicheface — « Bigorne » redirige ici. Pour les autres significations, voir Bigorne (homonymie). Bigorne et Chicheface Bigorne et Chicheface sont des animaux fantastiques du folklore en Anjou et en Normandie. L …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.